La dépression, une maladie fréquente avec des causes très variables

La dépression est une maladie fréquente, qui touche entre 15 et 20% des personnes au cours de leur vie: dans l'enfance et dans l'adolescence, à l'âge adulte ou plus tard. 
Les femmes sont deux fois plus affectées par cette maladie que les hommes.

Certaines personnes n’endurent qu’une seule phase dépressive alors que d’autres connaissent des épisodes à répétition, on parle alors du cercle vicieux de la dépression.


La durée des épisodes dépressifs est très variable et peut s’étendre de quelques semaines à quelques mois, plus rarement à quelques années.
 

De multiples causes possibles


Aucun facteur n'est, à lui seul, responsable d'une dépression, mais certains peuvent contribuer à l'apparition de cette maladie:

la fragilité psychologique spécifique d'une personne, sa façon de réagir face aux évènements en fonction de sa propre personnalité, de ses caractéristiques personnelles et de son expérience de vie.


Certaines étapes de la vie - des périodes de transition - peuvent favoriser l’apparition d’une dépression.

La dépression chez l’enfant et chez l’adolescent

 

L’identification de la dépression chez l’enfant et l’adolescent nécessite une écoute et une observation attentive : les parents, les proches, les enseignants, les éducateurs, etc. ont un rôle important à jouer.

Un enfant souffrant de dépression tend à se tenir en retrait, à se montrer insatisfait, à ne plus être intéressée par les activités habituellement sources de plaisir, pour les plus grands, à se déprécier (« je suis trop nul »). Son visage peut également être très renfermé et sérieux. Certains enfants masquent cependant leur souffrance en adoptant des comportements inverses : agitation, clowneries, etc. Les proches concernés disent avoir l’impression que l’enfant a changé, qu’il n’accepte plus leur affection comme avant, qu’il n’est plus jamais content, etc.
Les séparations, les deuils, des exigences scolaires inadaptées à l’enfant peuvent contribuer à l’apparition d’une dépression.

Les changements de comportements chez les adolescents sont souvent attribués à la «crise d’adolescence», il est donc important de différencier ceux-ci des symptômes possibles de dépression, dans cette étape de développement particulièrement difficile qu’est l’adolescence. Les tentatives de suicide et les comportements à risque (alcool, stupéfiants, conduite dangereuse, etc.) sont répandus chez les adolescents et doivent être pris au sérieux, tout comme l’évocation de pensées suicidaires.

 

Pour en savoir plus :


Pour de l’aide ciblée pour les enfants et adolescent-e-s, cliquez ici.


La dépression périnatale


La dépression périnatale apparaît durant la grossesse ou l’année qui suit la naissance. La naissance d’un enfant apporte des changements importants, qui peuvent bouleverser la vie de la femme - tout comme celle de l’homme -  apportant un déséquilibre au sein du couple et/ou de la famille entière. Les difficultés d’adaptation à cette nouvelle vie - tout comme les importants changements corporels et hormonaux liés à la grossesse et à l’accouchement- peuvent provoquer une dépression.
Les personnes concernées ont souvent l’impression de ne pas être à la hauteur face à leur rôle de parent. La  mère ne consulte en général pas pour elle-même, mais pour le bébé, en évoquant des problèmes de sommeil et d’alimentation. Les difficultés et les gênes ressentis par la mère, comme par exemple une humeur dépressive selon les jours, une irritabilité, des troubles du sommeil, une perte d’appétit, sont souvent banalisés et attribués à la fatigue liée à la naissance. La mère peut se sentir coupable ou honteuse face à ses difficultés, son irritabilité face au bébé et son incapacité parfois à ressentir le bonheur. Elle peut alors s’enfermer dans le silence et la solitude, avec de potentielles conséquences désastreuses pour elle-même, leur enfant et la famille entière.

Le baby-blues est à différencier de la dépression du post-partum, il apparaît entre 2 à 5 jours suivant l’accouchement et est de courte durée (environ 1 semaine). Il s’associe à des pleurs, à une forte émotivité et à un sentiment d’incompétence. Il est donc important d’être attentif et de rechercher de l’aide au cas où ces symptômes se poursuivraient au-delà d’une semaine.


Pour en savoir plus :


Pour de l'aide ciblée pour les mamans, cliquez ici.


La dépression de la personne âgée

 

L’adaptation à un changement de vie (retraite, réorganisation de la vie de couple, statut de grands-parents, etc.) ainsi que les modifications physiques liées à l’âge engendrent parfois des difficultés. L’impression de ne plus être aussi performant qu’avant (intellectuellement et/ou physiquement) risque de passer pour un vieillissement normal, alors qu’il peut en fait s’agir de signes d’une dépression.
Les personnes âgées auront tendance à consulter leur médecin pour des problèmes physiques (maux de dos, douleurs diverses, troubles digestifs, céphalées, dyspnée, vertiges, ...)  et passer sous silence d’autres symptômes plus révélateurs d’une dépression, en  estimant par exemple que leur humeur morose fait partie du vieillissement.


Pour en savoir plus :


Pour de l’aide ciblée pour les aîné-e-s, cliquez ici.



Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONMise à jour le 10.12.2013


Navigation

Besoin d'aide ? Qui contacter ?Test : déprime ou dépression ?Reconnaître la dépressionIdées suicidairesComprendre la dépressionSoigner la dépressionPrévenir la dépressionL'importance des prochesPlus d'informationL'Alliance contre la dépression
Plan du siteQui sommes-nous ?
Besoin de conseils? Contactez-nous 7j/7 et 24h/24
 
Tél: 022 305 45 45
Logo PRISM